Doctrine Malikite


zoomer l'image

Ibn 'âshir: "L'essentiel de la religion musulmane: Tawhîd, Fiqh et spiritualité, 2éme édition"


(Al-murshid Al-mu'în 'alâ Ad-Darûrî Min 'Ulûm ed-Dîn d'Ibn 'âshir)

zoomer l'image

d'Ibn Abî Zayd Al-qirâwânî

Biographie:

L'Imam Mâlik - Sa vie et son époque, ses opinions et son fiqh d'Abou Zahra aux éditions Al-qalam


Nous remercions l'aimable partenariat:

 

Des éditions Iqra Iqrafrance.com

 

De Imusk imusk.fr

 

De la librairie Souk Ul-Muslim Souk-ul-muslim.fr

 

Et de l'association Valeurs et Spiritualité Musulmane de France VSMF

Page

Tayammum



S'il n'y a pas d'eau[1] ou si l'eau est nuisible à votre santé, vous pouvez avoir recours au Tayammum (ablutions sèches). Tous les actes d’adoration sont valables après le Tayammum : il remplace les ablutions humides si on ne peut pas les faire: même si on était en état d’impureté majeure.

Il faut d'abord que le temps de la prière soit arrivé pour pouvoir faire le Tayammum.Et le faire immédiatement avant la dite prière.

Allah dit dans le Coran, Sourate 5, verset 6:
."..Et si vous êtes pollués "junub", alors purifiez-vous (par un bain); mais si vous êtes malades, ou en voyage, ou si l'un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins ou si vous avez touché aux femmes et que vous ne trouviez pas d'eau, alors recourez à la terre pure, passez-en sur vos visages et vos mains. Dieu ne veut pas vous imposer quelque gêne, mais Il veut vous purifier et parfaire sur vous Son bienfait. Peut-être serez-vous reconnaissants. "
Ce verset explicite ainsi les obligations du Tayammum.

Voici comment se fait le Tayammum (on cite ici les obligations et sunnas du Tayammum)
(pour la distinction entre les deux, voir plus loin les vers d'Ibn Ashir):

Pour la prière qui va suivre (si les conditions sont réunies pour recourir au Tayammmum) : exprimer intérieurement l'intention (l’intention de faire le fard du tayammum, ou de pouvoir faire la prière[*] …).
Dire « bismillah ». Poser(frapper) les mains sur la terre ( As-sa‘îd at-tayyib[2]) (qui ne contient pas de souillure) . Essuyer complètement le visage(avec vos mains). poser les mains sur la terre à nouveau. Essuyer les mains et avant-bras jusqu'aux coudes une fois, en commençant par le côté droit puis gauche.

Le moment de l’intention (niyya) est quand il pose les mains sur la terre (As-sa‘îd at-tayyib) (la première fois), ou encore au moment d’essuyer le visage.

[*]Si la personne est en état de souillure majeure (janâba) il ne faut pas qu’il l’oublie au moment de cette intention. S’il oublie son état de souillure majeure (janâba) et qu’il fasse le tayammum pour la prière, il devra refaire ce tayammum et sa prière selon la version la plus répandue dans notre école. Mais si la personne émet l’intention du Fard du Tayammum, dans ce cas, il n’aura pas besoin de se rappeler de son état de souillure majeure, cette intention est suffisante pour la petite et grande souillure. Référence: Al-mudawwana, Ad-durr ath-thamîn tome I page 153, Al-Fiqh ‘alâ al-madhâhib al-arbaa tome I page 144, Mukhtasar Khalîl, Adh-dhakîra tome I page 365.

Selon la Risâla d'ibn Abî Zayd Al-qirawânî: voici comment le tayammum se pratique:
Le fidèle posera les mains sur la terre; si quelque chose adhère à celles-ci, il les secouera légèrement [pour faire tomber la poussière], puis il se les passera sur tout le visage en frottant légèrement; puis il les posera à nouveau sur le sol et passera sa main droite sur sa main gauche. Les doigts de cette dernière étant placés sur les extrémités des doigts de l'autre, il passera ses doigts sur le dos de la main et sur l'avant-bras en les repliant sur celui-ci et il devra prolonger ce geste jusqu'au coude (marfiq). Puis il saisira avec la main la face interne de l'avant-bras à partir du pli du coude et glissera jusqu'au poignet (koû') de la main droite. Puis il se passera la face interne du pouce gauche sur la face externe du pouce droit. Il fera les mêmes opérations pour la main gauche avec la main droite. Ayant atteint le poignet, il se frottera le creux de la main droite avec le creux de la main gauche jusqu'aux extrémités des doigts. S'il se frottait [d'abord] la droite avec la gauche, puis la gauche avec la droite, ad libitum et comme cela lui est le plus commode, pourvu que le frottement porte sur toutes les parties prescrites, cela serait valable et suffisant.

Attention : il faut obligatoirement enlever la bague (même licite) pour faire le tayammum (pour essuyer sa partie).
(Pour les ablutions humides ou le Ghusl on peut garder la bague licite même étroite; si on l’enléve après l’ablution : là il faudra obligatoirement laver sa partie (ce qui était en dessous) si cette bague licite était étroite et ne permettait pas à l’eau d’arriver à cet endroit.)

Tayammum peut aussi être fait en utilisant une pierre (naturelle) ou à défaut la neige [3].
Le Tayammum se fait avec du sol naturel pur, c'est à dire ce qui apparaît à la surface de la terre comme terre, sable, pierres, ou terre saline.Le meilleur étant la terre (At-turâb) quand elle est trouvée.

Le Tayammum ne peut se faire avec :
L’or, l’argent, poudres d’émeraudes, de rubis,
le sel ou substances analogues retirées de leur gisemens et employées dans les besoins et usages de la vie,
ce qui a été altéré par l’humain par une cuisson ou une industrialisation,
ce qui ne fait pas partie des composantes de la terre comme le bois, la natte,substances végétales...


Tayammum est équivalent aux ablutions avec l'eau sauf que Tayammum doit être fait immédiatement avant chaque prière obligatoire: à partir du moment où le temps de cette prière a commencé.

Précisions:

Ibn 'Âshir précise que celui qui pense qu'il trouvera l'eau avant la fin du temps Ikhtiyârî de la prière: retardera le tayammum et la prière jusqu'à la fin du temps Ikhtiyârî de cette prière, celui qui désespére de trouver l'eau, fera le tayammum et priera au début du temps de la prière et celui qui n'est pas sûr: fera le tayammum et priera au milieu du temps Ikhtiyârî de la prière.

Pour le cas d’absence d’eau : Notez que celui qui trouve l’eau avant de prier (avec le temps suffisant pour faire l’ablution humide et la prière avant la fin de son temps): il doit obligatoirement l’utiliser. Sinon sa prière sera invalide.
Celui qui ne cherche pas l'eau (alors que cette recherche n'est pas difficile et qu'il croyait( zanna) de la trouver à moins de deux milles(environ une demi heure de marche)) puis fait Tayammum et prie, ensuite il trouve effectivement cette eau après sa prière: celui là doit faire les ablutions humides et refaire sa prière obligatoirement. (ref: Al-Fiqh 'alâ al-madhâhib al-arbaa tome I page 142).

Quand le fidèle est atteint de souillure majeure (junub) et la femme après ses menstrues ne trouvent pas d'eau pour la purification par lavage, ils feront le tayammum et pourront prier. Mais s'ils trouvent ensuite de l'eau, ils se purifieront par lavage et ne recommenceront pas les prières déjà faites.

L'homme s'abstiendra des rapports sexuels avec sa femme quand celle-ci, après cessation du flux sanguin des menstrues ou après les lochies, se sera purifiée par le tayammum. Il devra attendre de trouver de l'eau en quantité permettant à la femme de se purifier par lavage, d'abord, puis, à tous deux de procéder à cette purification [après souillure nouvelle].



Ibn ‘âshir dit à propos du Tayammum dans ses vers :

Section : (Ablution Sèche)

89 Si tu crains d'encourir un mal ou à cause de l'absence d’eau | remplace l’ablution humide par l'ablution sèche.

90 Prie une prière obligatoire et si tu ajoutes (de suite après[*]) | une prière Funèbre (prière sur le mort) ou une prière surérogatoire, cela est licite.

[*]Il ne faut pas qu’un long temps passe : comme sortir de la mosquée puis revenir.

91 Et l'ablution sèche exonère de la prière du vendredi si tu es chez toi (ne voyageant pas) et sain (non malade)[4].


(Wâjibs : piliers de l'Ablution Sèche)

92 Ses wâjibs sont : (1) l'intention, (2)la première tape (sur le matériau terrestre : as-sa‘îd at-tayyib)),
(3) essuyer le visage, (4) essuyer les deux mains jusqu'aux poignets

93 (5) L'enchaînemement:exécuter toutes les parties sans coupure (sans discontinuité ), (6) le matériau (qui sert à l’ablution sèche) doit être de pure croûte terrestre (naturel), | et (8) effectuer l'ablution sèche après le moment de l’entrée (du temps) de la prière (pour une prière obligatoire) et immédiatement avant de faire cette prière.

94 (Faire le Tayammum et prier à) la fin du premier temps(Ikhtiyârî) : pour celui qui a l'espoir d'obtenir l'eau. Celui qui n'en a pas l'espoir fera tayammum et priera dans le commencement du premier temps. Et pour celui qui n'est pas sûr de savoir, s'il obtiendra de l'eau ou pas: il fera tayammum et priera au milieu du premier temps.


(Sunnahs (choses recommandées ou la tradition prophétique) de l'ablution sèche)


95 Ses sunnahs sont (1) essuyer les deux avant-bras jusqu'aux coudes, | (2) la deuxième tape (sur le matériau terrestre : as-sa‘îd at-tayyib) afin d'essuyer les deux mains, et (3) respecter l'ordre approprié (c.-à-d. : essuyer le visage avant les mains).

96 Ses mandubs (les choses préférables) sont (1) (commencer par dire) Bismillah et (2) l'exécuter de la précieuse façon transmise. | Les choses qui annulent l'ablution sèche sont les mêmes que celles qui annulent l'ablution humide, plus le fait de :

97 (1) trouver l'eau avant la prière (avec du temps suffisant pour exécuter les ablutions humides et prier) et si | on trouve l'eau après(avoir prié), alors il est (mandub) (préférable) de refaire la prière dans le temps (après avoir fait l'ablution humide): pour entre autre les cas suivants:

98 Les gens qui referont la prière dans le temps(Ikhtiyârî) avec l'ablution humide sont[5]: celui qui avait craint un voleur mais cette crainte a disparu avant la fin du temps de la prière(avec du temps suffisant pour effectuer l'ablution humide et la prière), une personne qui aurait l'espoir de trouver de l'eau mais qui avait prié tout de même au début du premier temps(avec tayammum) puis elle trouve l'eau avant la fin du temps de la prière(avec du temps suffisant pour exécuter les ablutions humides et prier), | la personne chroniquement malade alitée qui n'a pas eu quelqu'un pour l'aider à effectuer l'ablution humide et donc avait fait Tayammum puis la prière: si avant la fin du temps de la prière elle trouve quelqu'un et qu'elle dispose du temps suffisant pour faire l'ablution humide et la prière.

Résumé précis sur les cas qui permettent le Tayammum :
Allah dit dans le Coran :
« Si vous êtes malades ou en voyage, ou si l'un de vous revient du lieu où il a fait ses besoins, ou si vous avez touché à des femmes et vous ne trouviez pas d'eau, alors recourez à une terre pure, et passez-vous-en sur vos visages et sur vos mains. Dieu, en vérité est Indulgent et Pardonneur. » (Coran, 4/43)

S'il n'y a pas d'eau[1],ou si l'eau est nuisible à votre santé(à cause de blessures qui couvrent la majorité des membres de l’ablution[6] ou maladie ou du froid : quand, par expérience ou selon l'avis d'un médecin, l'usage de l'eau est susceptible de provoquer un mal ou d'ajouter à un mal ou de retarder la guérison)
ou encore si l'accès à l'eau est rendu impossible (comme la personne qui craint pour sa vie ou craint le voleur…)
ou par crainte d'un danger: (bien qu'il soit possible de se rendre à un lieu où l'eau existe, le fidèle a peur pour sa sécurité, son honneur ou ses biens, ou bien qu'étant en voyage, il craint d'être devancé par ses compagnons, ou encore qu'un ennemi s'interpose entre la source d'eau et l'emplacement où il se trouve, ou tout en découvrant un puits, il ne lui est pas aisé d'en retirer l'eau, faute d'une corde ou d'un seau: dans toutes ces circonstances, l'usage du tayammum est permis)
ou encore par crainte de voir passer l'heure de la prière[7] :
On peut utiliser dans ces cas le Tayammum.

Notez bien :
Le Tayammum ne peut servir que pour une seule prière canonique. Si on accomplit deux prières obligatoires (canoniques) avec un seul Tayammum, la deuxième prière ainsi faite est invalide et il faut la recommencer après avoir fait un autre Tayammum (pour elle).
Par contre le Tayammum peut servir pour autant de pratiques surérogatoires qu’on veut faire après la prière obligatoire (faite après son Tayammum). Le Tayammum fait pour les pratiques surérogatoires ne peut pas servir pour une prière canonique.


Notes:

[1]S’il n’y a pas d’eau, le recours au Tayammum devient obligatoire.
*On cite aussi le cas où l’eau à disposition suffit à peine pour survivre (boire),
ou le cas de craindre la grande soif (souffrir ou mourir de soif) de soi même ou d’autrui ou d’un animal respectueux (animal d’usage permis), dans ces cas le tayammum est à faire jusqu’à ce qu’on trouve l’eau suffisante.
*Il faut aussi chercher l'eau aux alentours(à 2 milles: 3.36 Km environ, soit environ une demi heure de marche), si cela n'est pas difficile, avant de décider de recourir au Tayammum.
Il faut même acheter l'eau ( si l'argent (prix normal) de cette eau ne vous ai pas nécéssaire même si vous devez emprunter de l'argent si vous avez de l'argent dans votre pays.).

[2] Littéralement, tout ce qui est au dessus du sol (sur la surface du sol)(yas‘adu), qui est naturel et qui ne contient pas de souillure. Le meilleur étant la terre (At-turâb).

[3] Il y a deux versions chez l’Imâm Mâlik, l’une autorisant le recours à cette neige, l’autre qui ne l’autorise pas.

[4] Il y a divergence entre les savants sur ce sujet, pour Ibn ‘âshir: celui qui est chez lui et qui n'est pas malade et qui fait le tayammum (seulement) par crainte de rater la prière du vendredi : ce tayammum n’est pas valide: Car il peut toujours faire le Zuhr (quatre unités) en son temps légal chez lui (après avoir fait correctement ses ablutions humides). (Sa prière du vendredi ne sera pas valide dans ce cas avec le Tayammum).

[5]Ceci est une recommandation et non une obligation qui concerne ceux qui avaient déjà prié avec le tayammum et si le temps de la prière n'est pas fini. Si le temps de la prière est fini ou s'il ne reste pas assez de temps pour la refaire: la prière ainsi faite ne sera pas à refaire.

[6]Dans Mudawwana: la question suivante a été posée à l'Imam Mâlik: la personne qui a des blessures sur une grande partie de son corps et une partie est saine, comment est ce qu'il fait?
L'Imâm Mâlik répondit alors: 'Il lave les membres qu'il peut laver et essuie ce qui est blessé sinon s'il ne peut pas essuyer directement ce qui est blessé: il essuiera le bandage mis sur les membres blessés. Voir le chapitre du Mash.

[7]Shaykh Khalîl (dans son Mukhtasar) cite parmi les dérogations pour pouvoir utiliser le Tayammum:
Crainte de voir passer l'heure de la prière:
Quand il n'y a aucune gêne à utiliser l'eau, mais il y a crainte, qu'au moment de faire ses petites ablutions ou les grandes, de laisser passer l'heure de la prière. On emploie alors le tayammum.
Ceci a été cité aussi par Ibn Rushd dans sa Muqaddima.
D'autres savants disent qu'il faut utiliser l'eau même si le temps de la prière risque de passer.
Si la personne en faisant seulement les obligations de l'ablution humide, c'est à dire: laver le visage une fois puis les mains jusqu'aux coudes une fois puis essuyer la tête puis laver les pieds une fois: et si avec cela le temps de la prière ne risque pas de passer: il procédera de cette façon.
Sinon il fera le tayammum.

ibn_ashir_tayammum.pdf IBN ASHIR TAYAMMUM.pdf  (118.36 Ko)



L'eau pure et purifiante | Nettoyage des souillures et toilettage intime (Istinjâ) | Les ablutions humides | L'essuyage | Actes qui annulent les petites ablutions | La grande ablution | Ablution séche

VSMF